Une fois n’est pas coutume: un article en parlé américain!

http://online.wsj.com/article/SB10001424052702303610504577420192357545180.html?mod=googlenews_wsj

J’évite de vous compliquer la vie en vous affichant des articles in English car il y en a bien assez maintenant, ailleurs, par des gens qui savent tout de rien.
Cependant, cependant, celui-ci est intéressant pour le reportage vidéo, pas le texte écrit car ces gens-là, je ne les connais même pas, c’est dire! Cette dame de la vidéo que je connais très bien, donne beaucoup d’informations sur la race car elle a fait beaucoup de recherches à son sujet. Elle a 2 Barbets ( dont une qui provient de mon élevage, qui va avoir un an la semaine prochaine, déjà!). Il faudrait que je vous le transcrive.

On parle d’une explosion de naissances de Barbets aux USA (et au Canada, forcément) et je pense que bientôt avec toutes ces naissances, nous français, serons obligés de traverser l’Atlantique pour rapporter du Barbet à la maison.

Il reste 4 Barbets purs: Ulysse, Ursus et 2 femelles trop âgées pour reproduire et ils ont tous une descendance, heureusement. Après ce sont des re-compositions plus ou moins heureuses. Nous en avons tous!
C’est obligé.Une race rare a besoin de sang neuf pour survivre. Certains ont misé sur le chien d’eau espagnol, d’autres ont concentré du caniche et une toute petite minorité ont un peu de Irish. Tous ont du chien d’eau portugais (3 depuis les années 50).

Si c’était aussi facile? Le Barbet est une race extrêmement rare et c’est un fait. Ce n’est pas parce que des estrangers ont décidé de le prendre ” en main” que la race sera pérennisée. Bien le contraire.

Pérenniser la race et faire du chiffre ne sont pas exactement la même chose.
Pour la survie d’une race il faut des lignées différentes et il faut impérativement utiliser un maximum de mâles confirmés et non pas les plus populaires à tout-va comme c’est le cas depuis un grand moment.

La coutume chez le Barbet est d’uniquement favoriser le taux bas de consanguinité, de se fier uniquement aux pedigrees qui sont loin d’être justes, et d’utiliser surtout les champions, et les mâles aussi jeunes que possible. Exactement le contraire de ce qui devrait se faire.

Ca vous parait pas logique? J’en suis à me demander ce qui l’est.

Nous sommes peu à vouloir travailler sur le type de la race VIEUX Barbet, c’est à dire un chien de la taille d’un épagneul et non pas sur le rendement du type caniche crépu, et ça nous met dans la minorité. Et vous savez ce qui se passe quand on est minoritaires?

Là, vous aurez tout compris.